Citations Paulo Coelho - page 4

Retrouvez des dizaines de citations de Paulo Coelho avec des images à copier et à partager.

Aujourd'hui, je suis convaincue que personne ne perd personne, parce que personne ne possède personne. C'est cela la véritable expérience de la liberté: avoir la chose la plus importante au monde, sans la posséder.
Ce qui existe, ce sont les échecs. Personne n'y échappe. Aussi vaut-il mieux perdre quelques combats en luttant pour ses rêves que d'être battu sans seulement savoir pour quoi on lutte.
Ce n'est pas la peine d'expliquer que dans la vengeance, le maximum qui puisse nous arriver est de nous mettre à égalité avec nos ennemis, alors que dans le pardon nous montrons plus de sagesse et d'intelligence.
Les excuses sont des actes de courage qui nous permettent de faire amende honorable et de nous réconcilier avec nos erreurs.
Vous pourriez aussi aimer
Le guerrier se concentre sur les petits miracles de la vie quotidienne. S'il est capable de voir ce qui est beau, c'est qu'il porte en lui la beauté - puisque le monde est un miroir qui renvoie à chacun l'image de son propre visage.
La beauté extérieure est la partie visible de la beauté intérieure.
L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil.
Tout le monde peut écrire ce qu'il veut ; mais personne ne parvient à se souvenir de choses qui n'ont jamais existé.
Il eut soudain le sentiment qu'il pouvait regarder le monde soit comme la malheureuse victime d'un voleur, soit comme un aventurier en quête d'un trésor.
Le meilleur cadeau que vous puissiez donner à quelqu'un est votre sincérité.
Le Bon Combat est celui engagé parce que notre cœur le demande.
La conscience de la mort nous incite à vivre davantage.
L'homme ne pourra jamais cesser de rêver. Le rêve est la nourriture de l'âme comme les aliments sont la nourriture du corps.
"J'aurais dû faire preuve de davantage de folie". Mais, comme cela arrivait sans doute à la plupart des gens, Veronika l'avait découvert trop tard.
Faire ses adieux. C'était le plus difficile : une fois dans un asile, on s'accoutume à la liberté que procure l'univers de la folie, et on finit par prendre de mauvaises habitudes.
Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire. Mais cela devient une malédiction quand cela n'a d'autre utilité que de nous éviter de penser au sens de notre vie.
Il y a des instants magiques qui passent inaperçus et puis, tout à coup, la main du destin change notre univers.
Ah ! si chacun pouvait reconnaître sa propre folie intérieure et vivre avec ! Le monde irait-il plus mal ? Non, les gens seraient plus justes et plus heureux.
Vous pourriez aussi aimer
Seul celui qui est heureux peut répandre le bonheur autour de lui.
Le monde trouvera sa vérité quand l'homme saura aimer - jusque-là, nous vivons en pensant que nous connaissons l'amour, mais sans avoir le courage de l'affronter tel qu'il est.