Citations Antoine de Saint-Exupéry - page 4

Retrouvez des dizaines de citations de Antoine de Saint-Exupéry avec des images à copier et à partager.

Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
L’ autorité repose d’ abord sur la raison. Si tu ordonnes à ton peuple d’ aller se jeter à la mer, il fera la révolution. J’ ai le droit d’ exiger l’ obéissance parce que mes ordres sont raisonnables.
C’est véritablement utile puisque c’est joli.
Les miracles véritables, qu'ils font peu de bruit ! Les événements essentiels, qu'ils sont simples !
Vous pourriez aussi aimer
La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier.
Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui.
L'avenir, laisse-le donc comme l'arbre dérouler un à un ses branchages.
Vous interdisez les erreurs, vous empêchez ainsi la victoire.
J'appelle phénomène de conscience le quelque chose qui fait apparaître la glace en été et le feu en hiver - ou l'élévation de l'arbre contre la gravitation.
Il faut tout apprendre par soi-même pour comprendre vraiment.
Demain, nous ne dirons rien non plus. Demain, pour les témoins, nous serons des vaincus. Les vaincus doivent se taire. Comme les graines.
Quand un hasard éveille l'amour, tout s'ordonne dans l'homme selon cet amour, et l'amour lui apporte le sentiment de l'étendue.
Regardez le ciel. Demandez-vous: Le mouton a-t-il oui ou non mangé la fleur? Et vous verrez comme le monde change... Et aucune grande personne ne comprendra jamais que ça a tellement d'importance!
C'est là un bien grand mystère. (...) rien de l'univers n'est semblable si quelque part, on ne sait où, un mouton que nous ne connaissons pas a, oui ou non, mangé une rose...
Le bagne réside là où des coups de pioche sont donnés qui n'ont point de sens, qui ne relient pas celui qui les donne à la communauté des hommes.
En travaillant pour les seuls biens matériels nous bâtissons nous-mêmes notre prison. Nous nous enfermons solitaires, avec notre monnaie de cendre qui ne procure rien qui vaille de vivre.
Tu veux qu'ils s'aiment ? Ne leur jette point le grain du pouvoir à partager. Mais que l'un serve l'autre. Et que l'autre serve l'empire. Alors ils s'aimeront de s'épauler l'un l'autre et de bâtir ensemble.
Cet homme éprouvait, en face de sa vie passée, le tranquille contentement du menuisier qui vient de polir une belle planche : " Voilà, c'est fait. "
Vous pourriez aussi aimer
C’est une folie de haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué, d’abandonner tous les rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé, de renoncer à toutes les tentatives parce qu’on a échoué… C‘est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu’une d’elles vous a trahi, de ne croire plus en l’amour juste parce qu’un d’entre eux a été infidèle, de jeter toutes les chances d’être heureux juste parce que quelque chose n’est pas allé dans la bonne direction. Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour, une force nouvelle. Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ.
Le goût du pain partagé est sans égal.