Citations Jules Renard

Retrouvez des dizaines de citations de Jules Renard avec des images à copier et à partager.

Paresse : habitude prise de se reposer avan la fatigue.
Dès qu'une femme me fait un compliment, pour peu qu'elle soit jolie, tout de suite je me sens amoureux d'elle.
Il faut bien pardonner leurs caprices aux actrices de talent, car les pauvres femmes sans talent ont les mêmes.
Charité : hypocrisie qui donne dix sous d'attention pour recevoir vingt francs de gratitude.
Vous pourriez aussi aimer
Il ne faut pas sournoisement respecter les morts. Il faut traiter leurs images en amies et aimer tous les souvenirs qui nous viennent d'eux. Il faut les aimer pour eux-mêmes et pour nous, dût-on déplaire aux autres.
Le paradis n'est pas sur la terre, mais il y a des morceaux. Il y a sur la terre un paradis brisé ?
Un ami, c'est celui qui devine toujours quand on a besoin de lui.
La gloire, c'est d'être un excentrique de la littérature.
Il y a de la place au soleil pour tout le monde, surtout quand tout le monde veut rester à l'ombre.
Le silence était si absolu que je me croyais sourd.
La peur de l'ennui est la seule excuse du travail.
Le véritable courage consiste à être courageux précisément quand on ne l'est pas.
Le feu de la cheminée, ce petit théâtre où les flammes gesticulent comme des acteurs affairés.
Comme le souvenir que laisse un mort est supérieur à sa vie ! Il n'y a pas des déchets.
La gloire d'hier ne compte plus ; celle d'aujourd'hui est trop fade, et je ne désire que celle de demain.
Je ne désire rien du passé. Je ne compte plus sur l'avenir. Le présent me suffit. Je suis un homme heureux, car j'ai renoncé au bonheur.
Je rentre, l'angoisse au cœur parce que j'ai regardé le soleil couchant, entendu chanter les oiseaux, et que je n'aurai eu que quelques jours cette terre que j'aime tant, et qu'il y a tant de morts avant moi.
Le soleil se lève avant moi, mais je me couche après lui: nous sommes quittes.
Vous pourriez aussi aimer
Il y a des amis. Il n'y a pas de vrais amis.
La peur de l’ennui est la seule excuse du travail.